Les différences entre une mutuelle et une prévoyance

Quelles sont les différences entre mutuelles et assurances

Ecrit par Michel GUEGAN

Courtier en assurances - R2PS Conseil
8 Avr, 2022

Votre cœur balance pour choisir entre mutuelle et prévoyance ? Toutes vos réponses sont ici !

Des hauts et des bas, voilà de quoi la vie est faite. Qui n’a jamais connu aléas ou accidents de la vie ? En revanche, halte à la fatalité. Et pour cela il y a les mots mutuelle et prévoyance contre les maux ! Vous les connaissez, bien évidemment, mais savez-vous vraiment ce qu’ils signifient ? Pour répondre à vos questions, c’est parti pour un tour d’horizon des solutions les plus adaptées pour se protéger efficacement, quel que soit son statut professionnel, et bien comprendre les nuances entre mutuelle et prévoyance.

 

Savoir qui l’on est pour bien choisir entre mutuelle et prévoyance

En cas de coup dur, les prestations de base de la prévoyance obligatoire de la Sécurité Sociale sont un filet protecteur, mais elles demeurent généralement insuffisantes pour faire face à la perte de revenus ou à une prise en charge médicale spécifique. Êtes-vous dirigeant d’entreprise ? Salarié du secteur privé ou bien travailleur non-salarié ? Exercez-vous une profession indépendante ? Avez-vous une famille à charge ? Qui que vous soyez, vous avez les moyens de vous prémunir et protéger aussi vos proches.

 

Dans la famille de la protection sociale, je demande la mutuelle et la prévoyance

Elles ont un air de famille, mais pourtant elles interviennent dans des circonstances différentes. En effet, la mutuelle concerne les dépenses de santé alors que la prévoyance est un soutien financier lié au décès, à la dépendance, à l’incapacité voire à l’invalidité. Elles ont toutes les deux la vocation à protéger l’individu, elles sont complémentaires aux remboursements de la Sécurité Sociale et elles sont choisies dans un cadre collectif ou individuel. Elles sont chacune la solution à des besoins précis. Mais voilà, leurs ressemblances s’arrêtent là. Il est donc essentiel, avant d’y souscrire, de déterminer quels sont vos besoins et ceux de vos ayants-droits potentiels et de vous poser les bonnes questions.

 

Choisir la mutuelle : la santé, c’est essentiel

Une mutuelle, c’est la caution sérénité pour le porte-monnaie concernant les remboursements en santé. Pourtant, devant la dépense qu’elle constitue, certains préfèrent prendre leur mal (de dos ou de dents) en patience. Mais pas de miracle… Un problème médical non traité, ce sont des difficultés supplémentaires en perspective.

Aussi appelée complémentaire santé ou assurance santé, la mutuelle complète en partie ou totalement (Selon les niveaux de garanties choisis) les remboursements de la Sécurité Sociale des soins de santé les plus habituels comme :

  • les consultations chez votre médecin traitant,
  • les médicaments,
  • les analyses médicales,
  • l’hospitalisation,
  • l’optique,
  • les soins dentaires.

Selon votre contrat, vous pouvez aussi prétendre à un remboursement de médecines dites douces (ostéopathie par exemple) ou encore être remboursé de votre visite chez un spécialiste qui pratique des dépassements d’honoraires.

 

A qui est destinée la mutuelle ?

Bonne nouvelle, la mutuelle santé est destinée absolument à tous ! Depuis 2016 et sur prescription de l’ANI (Accord National Interprofessionnel), l’employeur du secteur privé a l’obligation de proposer à tout nouveau salarié une mutuelle d’entreprise collective et sa participation s’élève à 50 % minimum.

Pour les travailleurs non-salariés, il vous est aussi possible de souscrire un contrat de mutuelle individuelle. Les cotisations mensuelles peuvent être soustraites de votre revenu imposable.

 

Quel est le coût d’une mutuelle ?

Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte. L’âge d’abord : plus on est jeune et moins c’est cher. Vient ensuite le lieu d’habitation, en corrélation avec les tarifs pratiqués sur le territoire national par les praticiens. Et enfin le niveau de contrat choisi. Plus les niveaux de garanties sont élevés, plus ils permettent des remboursements conséquents, mais évidemment, cela se répercute sur les cotisations mensuelles. Il faut donc bien se connaître avant de souscrire un contrat d’assurance et de répondre à la première question de cet article : qui suis-je ?

Précision : il existe un troisième niveau de remboursement. C’est la sur-complémentaire santé. C’est une option supplémentaire à la Sécurité Sociale et à la mutuelle !

 

Avoir un coup d’avance avec la prévoyance

La prévoyance couvre ce qui relève de votre personne. C’est en quelque sorte anticiper le versement d’une aide financière, après application d’une période de franchise modulable (C’est-à-dire un nombre de jours déterminés écoulés avant le versement) en cas de congé maternité, mais aussi de maladie ou d’accident. Si vous êtes victime :

  • d’un accident et que vous souffrez d’une incapacité temporaire,
  • si cet accident vous fait devenir invalide,
  • voire dans le pire des cas vous mène au décès,

alors, c’est la carte de la prévoyance qui sera jouée.

Certes, en cas d’arrêt forcé et prolongé, un salarié bénéficie des aides de l’Etat via la Sécurité Sociale et du maintien de son salaire pendant une durée déterminée. Mais percevoir un troisième complément prévu par la prévoyance, c’est tout à fait bienvenu pour faire face aux charges du quotidien, lesquelles restent fixes et d’autant plus élevées qu’il y a des ayants-droits à charge.

Votre revenu détermine les montants de garanties. Au moment opportun, si vous êtes victime d’un sinistre et que votre contrat le couvre, alors le montant de votre prévoyance est débloqué et vient s’ajouter aux prestations de base de la Sécurité Sociale. Pour un arrêt maladie, ce sont des indemnités journalières, pour une incapacité ou une invalidité, c’est une rente ou une pension indexée sur vos revenus, pour un décès, vos ayants-droits se voient verser un capital.

 

La prévoyance, pour qui est-ce ?

Pour tous ! Il faut distinguer la prévoyance individuelle et la prévoyance collective. En France, toutes les entreprises ont la possibilité de proposer à leurs salariés un contrat de prévoyance, mais elles n’en n’ont pas l’obligation. Seul un accord de branche ou encore une convention collective peuvent l’imposer. Détail : pour les salariés cadres et assimilés cadres, la prévoyance collective est obligatoire. Et dans le cadre d’un contrat de prévoyance pour tous les statuts, c’est l’entreprise qui fixe les conditions du contrat ainsi que sa participation au financement du contrat.

Pour les travailleurs du secteur public ou les indépendants, il est possible de souscrire un contrat de prévoyance individuel. Et enfin, pour les travailleurs non-salariés (les chefs d’entreprise par exemple) qui sont peu favorisés financièrement par la couverture de la Sécurité Sociale, souscrire une prévoyance individuelle est une bonne idée. En France, seule la moitié des dirigeants est couverte par un contrat nominatif. Pourtant, la loi Madelin encourage les indépendants à mieux se protéger grâce à un cadre fiscal favorable et à la possibilité de déduire tout ou partie des cotisations de son revenu.

Précision : vous pouvez tout à fait cumuler une prévoyance individuelle et une prévoyance collective. Pour autant, le cumul des remboursements ne pourra pas excéder vos revenus. Et puis encore un détail : les montants versés le sont à fonds perdus. La prévoyance n’est pas une épargne !

 

Quel est le coût d’une prévoyance ?

La charge du financement se partage entre le salarié et l’entreprise. Certains groupes choisissent d’assumer seuls cet effort. Encore une fois, l’âge et les revenus servent à calculer la part du salarié. Un questionnaire de santé est une étape incontournable. Évidemment, les garanties choisies peuvent aussi obliger à solliciter l’avis d’un médecin voire à pratiquer des analyses médicales. Toute pathologie associée à un risque accru d’accident ou de maladie augmentera la cotisation, et ce après avis du médecin conseil de l’organisme hébergeant le contrat.

 

Bien choisir entre une mutuelle et une prévoyance en toute sérénité

Vous avez maintenant bien compris qu’il est inutile de comparer un contrat de mutuelle et de prévoyance. Ils sont efficaces tous les deux, mais ils ne protègent pas de la même chose. Il est possible en revanche de comparer les nombreuses offres du marché.

L’accompagnement par un assureur professionnel est essentiel pour faire le meilleur choix. Mutuelle, prévoyance ou les deux, ne restez pas seul avec vos questions. Guichet Expert est à vos côtés.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

dix-neuf + sept =